Pourquoi prévenir les risques professionnels et les TMS dans les industries graphiques, de l’emballage et de la signalétique ?

Compte tenu de leur métier, les opérateurs exerçant dans les entreprises sont bien souvent exposés à des risques de TMS (troubles musculosquelettiques) ou d’accidents du travail. Malgré les règles de sécurité de plus en plus strictes, ces troubles professionnels restent toujours importants malheureusement…

Alors, pourquoi et comment les éviter ?

Les TMS en quelques chiffres… 

Les TMS n’épargnent aucune profession. Elles sont provoquées par le port de charges trop lourdes, mais aussi par des gestes répétitifs, des vibrations et de mauvaises manipulations. Et si elles ne sont pas traitées à temps, celles-ci peuvent avoir des conséquences très graves, parfois jusqu’à une invalidité totale. 

Selon cet article de Manutan, 9 maladies professionnelles sur 10 sont reconnues comme étant des troubles musculosquelettiquesC’est la première cause de jours de travail perdus en France puisqu’elle provoque des arrêts maladies plus ou moins conséquents selon les cas : et donc des heures de production en moins

De plus, leur fréquence est bien plus importante pour les ouvriers (deux tiers en sont touchés) que pour les employés (25%) ou les cadres (2%) (Source : DARES – décembre 2016) 

Les trois risques professionnels dans les industries graphiques, du packaging et de la signalétique 

Risques liés aux équipements de travail

Les risques de blessures 

Les différentes phases des processus de production nécessitent l’utilisation de machines bien souvent composées de pièces en mouvement ou en saillie pouvant se révéler dangereuses pour le salarié.

En effet, les systèmes mécaniques peuvent causer des risques de happements (parties du corps ou vêtements entraînés par la machine), de coupures, d’écrasements de membres, etc…

Chaque collaborateur susceptible de les manipuler doit donc être formé précisément sur :

  • Son utilisation
  • Aux règles de sécurité
  • Sur les évolutions techniques éventuelles

 

Afin de suivre les évolutions technologiques de votre métier, découvrez nos différents modules de formation.

L’impact du bruit sur la santé du salarié 

De plus, une exposition trop prolongée au bruit impulsionnel peut entraîner une surdité auditive, reconnue comme maladie professionnelle. Ces situations sont souvent constatées au niveau des machines d’impression et de transformation : lors des approvisionnements, réglages, changements d’outillage ou de cylindres, etc…

Le port d’Équipements de Protection Individuelle (EPI) adaptés (casques antibruit, bouchons d’oreilles) est donc bien évidement plus qu’indispensable…

Risques chimiques 

Nous le savons, les métiers des industries graphiques, du packaging et de la signalétique nécessitent parfois l’utilisation de divers produits chimiques et toxiques (vernis, encres, colles, solvants). Et nous avons tendance à en banaliser cette utilisation lorsqu’elle est quotidienne.  

 

Pourtant, l’exposition à ces polluants, par inhalation, contact cutané ou par ingestion entraîne de multiples troubles sur la santé :

  • Brûlures cutanées, irritations
  • Irritations respiratoires
  • Allergies
  • Effets neurotoxiques et ototoxiques…

 

Ces substances sont d’ailleurs extrêmement inflammables. Une mauvaise manipulation ou un manque de sécurité en matière de stockage peut avoir des conséquences dramatiques : incendie, explosion…

Pour les éviter, il faut en réduire l’utilisation voire même les supprimer du quotidien en choisissant des produits plus respectueux de la santé mais aussi de l’environnement.

Troubles physiques et musculosquelettiques (TMS)

Selon l’INRS, les TMS représentent la première maladie professionnelle déclarée dans les professions des industries graphiques, de l’emballage et de la signalétique.

 

De nombreuses situations de travail inadaptées provoquent l’apparition de ces troubles physiques :

  • La hauteur de certaines machines ou plans de travail qui rendent le réglage difficile
  • Les tâches répétitives (façonnage, découpe, pliage…) durant un temps plus ou moins long
  • La manutention de charges lourdes (le papier entre autres)
  • Une exposition répétée aux rayons ultra-violets ou infrarouges (systèmes de séchage)

 

En conséquence, trois maladies professionnelles sont particulièrement fréquentes dans ce secteur :

  • Le syndrome du canal carpien : suite aux sollicitations de l’épaule, du coude et du poignet
  • Les pathologies du rachis lombaire : dues à des postures prolongées inconfortables et des efforts musculaires répétés
  • Les troubles visuels (fatigue visuelle, photoconjonctivite, cataracte…) : en raison de situations de contraintes visuelles prolongées

Alors, comment prévenir ces risques dans ces métiers graphiques ?

Accidents ou maladies professionnelles dans les industries graphiques : quel impact ?

Nous le savons, un accident de travail a des conséquences graves qui peut aller jusqu’à mettre en péril l’activité toute entière. Ce qui explique pourquoi la sécurité des salariés devient une priorité pour les dirigeants des industries graphiques, de l’emballage et de la signalétique.

 

En revanche, prévenir les TMS implique de changer ses habitudes :

  • Porter des équipements de protection (EPI) adaptés
  • Prévenir et informer sur les comportements et gestes à éviter
  • Et surtout former son salarié aux nouvelles pratiques et aux évolutions technologiques de son métier : un sujet que nous verrons dans un prochain article…

 

 

Vous avez des questions sur ce sujet ou un projet de formation ? N’hésitez pas à nous contacter via ce formulaire ci-dessous ou par téléphone : Grafipolis – 02 40 50 24 22

Print Friendly, PDF & Email

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *