Comment évaluer le ROI de vos formations continues

Qui ne rêve pas de disposer de l’algorithme parfait capable de nous dire si telle ou telle formation est rentable et efficace ? On idéalise probablement cette question. Certains peuvent aussi imaginer qu’évaluer est bien compliqué. D’autres, enfin, préféreraient qu’on n’aborde pas ce point.
Évaluer le ROI de la formation professionnelle, c’est à la fois simple et complexe.

Le champ de l’évaluation que nous retiendrons est celui de la formation des salariés de l’entreprise, dans le cadre de la politique RH menée par l’entreprise. Il recouvre les actions de formation décidées par l’employeur au titre du plan de formation, comme celles accompagnées par l’entreprise au titre de la professionnalisation des salariés, et celles mises en œuvre par le biais du contrat de professionnalisation.

 

Pour un véritable engagement tripartite réussi entre l’entreprise, son collaborateur et le centre de formation

 

C’est dès sa mise en place que se joue la réussite d’une action de formation. Pourtant, il est rare que l’on accorde l’attention qu’elle mérite à cette phase préparatoire principalement axée sur l’information et la communication avec tous les acteurs impliqués directement ou indirectement dans le dispositif.
L’autre aspect fondamental de toute formation réside dans la qualité de l’accompagnement, quels que soient le statut et la situation professionnelle de l’apprenant. Cet accompagnement se situe à plusieurs niveaux et concerne le salarié, son entreprise, et le centre de formation, comme l’est Grafipolis.

Voici quelques conditions qui permettent d’optimiser les chances de succès de la formation, et donc de se donner les moyens d’un retour sur investissement atteint.

 

PRÉPARER LA FORMATION EN ENTREPRISE : INFORMER – EXPLIQUER – IMPLIQUER

Avant le démarrage de la formation

  • Informer les équipes de la participation d’un salarié à une formation.
  • Mobiliser en particulier l’équipe dans laquelle évoluera la personne en formation.
  • Choisir un tuteur hiérarchique et un tuteur opérationnel (formateur), sachant que ces deux rôles peuvent être tenus par la même personne. S’assurer de leur adhésion à la démarche et de leur motivation.
  • Préparer le poste de travail.
  • Prévoir une visite rapide des ateliers avec les personnes à former.
  • Définir avec Grafipolis un interlocuteur référent pour une communication rapide et sans faille.

Au démarrage de la formation

  • Prévoir une réunion avec l’ensemble des personnes susceptibles d’intervenir dans le cadre de la formation.
  • Présenter le poste au sein de l’atelier, les postes en amont et en aval de la chaîne de production.
  • Expliquer les modalités d’évaluation, de certification.

Préparer l’après-formation

Cela pourrait paraître un peu prématuré de réfléchir à la période post-formation avant même le début de celle-ci, et pourtant, cette réflexion est indispensable, pour selon les cas :

  • Donner au salarié et à l’entreprise les conditions de mettre en œuvre les compétences nouvellement acquises ;
  • Accompagner le salarié dans sa prise de poste (le cas échéant) et optimiser les conditions d’intégration ;
  • Appliquer, mutualiser, capitaliser les compétences acquises par les uns et les autres.
  • Anticiper un éventuel échec à la certification : que sera-t-il proposé au stagiaire dans ce cas ?

ACCOMPAGNER LE STAGIAIRE/SALARIÉ : INTÉGRER – ENCADRER – FORMER – ÉVALUER

Le rôle du tuteur est primordial pour la réussite de la formation, car celui-ci transmet aussi bien ses connaissances que ses méthodes de travail, il guide et facilite l’apprentissage. Il valorise le salarié, qui trouvera en lui la personne de référence qui lui permettra de progresser et d’évoluer au sein de l’entreprise, mais également de s’y intégrer, d’y trouver sa place pendant et après sa formation.

Les compétences principales attendues chez un tuteur

  • Une expertise métier
  • Un savoir-faire organisationnel
  • Un savoir-faire relationnel, de la bienveillance

L’intérêt du tutorat pour le tuteur lui-même

Être tuteur, hiérarchique ou opérationnel, doit bien être considéré comme un atout par les personnes concernées. Car exercer ce rôle entraîne des effets bénéfiques non négligeables pour elles comme pour l’entreprise.

  • Acquérir et/ou développer de nouvelles compétences (analyser une situation de travail, proposer une progression pédagogique, réaliser des entretiens…)
  • Produire et accompagner des changements en situation de travail

 

Nous venons de le voir, garantir le succès de la formation, donc avoir la certitude que le ROI est au rendez-vous, demande une démarche structurée, préparée et réfléchie.
Une démarche par laquelle un contrat moral ou écrit peut être établi entre le salarié, le formateur et l’entreprise.

L’évaluation du retour sur investissement de la formation pourrait aussi porter son regard sur l’importance du budget consacré, sur la pertinence de la stratégie de l’entreprise, sur la capacité à choisir la bonne formation, sur la gestion administrative de la formation.

Mais qu’en est-il de l’analyse des conséquences de l’absence ou de l’insuffisance de formation ? C’est un sujet ô combien sensible.
Évaluer la formation c’est important. Évaluer la non-formation l’est tout autant.
Un nouveau sujet que nous pourrons aborder ultérieurement.

Grafipolis peut vous accompagner dans cette démarche d’engagement tripartite.
Contactez-nous via ce formulaire ou directement par téléphone : Grafipolis – 02 40 50 24 22

 

Pour aller plus loin sur le R.O.I. de la formation professionnelle, téléchargez notre dossier complet sur le sujet !

Print Friendly, PDF & Email

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.